Les femmes ont-elles leur place dans le rap ? 

 En France, il est difficile de citer plus de 10 rappeuses actives et pourtant elles existent. Elles ont seulement moins de visibilité. Quelle est leur place dans ce milieu majoritairement masculin ? Depuis moins d’un an, Le Juiice est une rappeuse montante de France. Elle nous parle de son experience. 

rap

Une femme encerclée d’une vingtaine d’homme. Punchlines après punchlines elle s’impose avec assurance et charisme. Episode 5 saison 2 de « Rentre Dans Le Cercle », une émission diffusée sur youtube qui permet aux rappeurs et rappeuses amateurs de se faire connaitre. Entre 1990 et 2004 les rappeuses ne représentaient que 4% des artistes de hip hop. Aujourd’hui  on compte 85 rappeuses, ce qui parait peu pour le genre musical le plus écouté de France.

Pas de manager, Pas d’équipe. Le Juiice est totalement indépendante. Une véritable Boss Lady. Passer dans l’émission a été un tremplin. Mais son indépendance est un frein. Elle n’est pas assez médiatisée. Pour promouvoir ses clips et ses musiques, Le juiice utilise les réseaux sociaux. La rapppeuse nous explique que si elle avait une équipe et une maison de disque « ça serait plus facile ». C’est d’ailleurs sur Instagram que la jeune femme se fait connaitre. La rappeuse séduit les utilisateurs d’Instagram en publiant des freestyles. Eloise Bouton journaliste spécialisée dans le hip hop explique que sans label il est compliqué pour certains artistes d’obtenir de la visibilité. Dans ce cas, les réseaux sociaux aident beaucoup. Elle nous affirme que quand elle cherche de nouveaux talents c’est vers les réseaux sociaux qu’elle se dirige.

Le rap est-il fait pour les femmes ? 

Le rap est souvent considéré comme une musique sexiste qui ne met pas en valeur la femme. Dans beaucoup de clip elles sont dénudées comme par exemple dans la video de « Caramel »  de Booba. Pour Le Juiice, chacun fait des choix différents. Si une femme décide de se placer à une position inférieure à celle d’un homme c’est sa décision. Pour elle, c’est un « combat personnel en tant que femme » de montrer qu’elles ne sont pas réduites à leur plastique. Mais l’étiquette de féministe ne lui plaît pas : « Je suis humaniste ». Difficile de s’imposer dans un milieu sexiste. Certaines rappeuses ont tendance à s’autocensurer et se décourager par manque de modèles. 

Pour la journaliste, malgré le fait que le rap soit un milieu majoritairement masculin, il est plus facile pour les femmes de s’y imposer que dans d’autres genres musicaux comme le rock par exemple. Le Juiice voit aussi les choses différemment. Pour elle, « Tout est difficile dans la vie ».

Pourquoi les rappeuses ont-elles moins de visibilité ? 

Quand on parle de rappeuses en France le premier nom qui nous vient en tête c’est Diam’s. La figure emblématique française du rap féminin. Qui a marqué les années 2000. Mais toutes les rappeuses n’ont pas la chance d’accomplir cet exploit. Le problème : elles ont moins de visibilité. Qu’est-ce qui explique ce phénomène ? 

En 2015, Eloise Bouton, féministe et journaliste indépendante spécialisée dans le hip-hop crée Madame Rap, le seul média dédié aux femmes dans le hip-hop. Elle considère que les medias n ‘en parle pas assez alors elle crée sa propre plateforme. Pourquoi voit-on moins de femmes dans le rap en France ? La journaliste dénonce une part de responsabilité des maisons de disque qui signent très peu de rappeuses. Quand elles le font, on leur demande souvent de chanter en plus de rapper parce que « c’est ce qui marche et c’est moins agressif pour une femme ». La journaliste nous donne prend en exemple Chilla et Moon’a. Au départ les artistes ne faisaient que rapper. Ces derniers temps, elles sortent des titres comme « 1er jour d’école »  ou « troisième doigt » dans lesquels on les entend chanter. 

Dans le rap  les hommes sont majoritaire et ils le dominent comme plein d’autres milieux de la société. Mais pour la fondatrice de Madame rap, il reste ouvert. Le public n’est pas innocent : « Elle rappe bien pour une femme ».  C’est ce genre de commentaire qu’Eloise bouton reçoit de personnes qui découvrent des rappeuses grâce à Madame Rap. 

Malgré l’image sexiste à laquelle on associe le rap, ce genre musical reste pour Eloise Bouton un des plus inclusifs et ouverts. On trouve des personnes de toutes catégories sociales, toutes religions, toutes origines. Un milieu dans lequel la femme a sa place. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *